Nov 12 2018

Le Click & Collect à la conquête des produits frais

De plus en plus de start-ups et d’enseignes spécialisées se penchent sur la question du commerce phygital sur le marché des produits frais.

Cela fait de nombreuses années que les grandes et moyennes surfaces de distribution (GMS) effectuent le click and collect, notamment grâce aux drives que l’on voit fleurir intensivement depuis une dizaine d’années. Néanmoins, ce concept se popularise de plus en plus et s’étend à de nombreux secteurs d’activité.

© CC / LSA

© CC / LSA

Si on reste sur le marché de l’alimentaire, on constate que le monopole des GMS sur le click and collect tend à se généraliser sur les plus petites chaînes de distribution, et c’est notamment le cas de Bon C’ Bio. L’enseigne spécialisée dans la vente de produits bio a décidé de passer au commerce phygital afin d’être plus en phase avec les attentes de sa clientèle, d’une part, et ses valeurs, d’autre part. Cela s’est traduit par la dématérialisation des tickets de caisse, l’encaissement en mobilité et le click and collect.

Cette dernière fonctionnalité a nécessité un équipement et un réaménagement de l’espace de stockage. Les vendeurs sont équipés de scanneurs portatifs leur permettant de réunir les commandes, puis sont conservées dans la chambre froide en attendant leurs propriétaires.

En phase de test depuis cet été dans un de ses magasins à Paris, Bio C’ Bon semble sur la bonne voie pour déployer le concept sur son réseau. Initialement prévu sur deux heures, le retrait en magasin a été réduit à une heure. Ceci est rendu possible grâce à l’organisation de l’équipe de vente qui est parvenu à réduire le temps de préparation. Parallèlement, l’enseigne a conscience que le client cherche à ce que l’on réponde à son besoin rapidement, sans quoi le commerçant prend le risque de voir son client se désister si l’attente est trop prolongée.

© Emmasbox

© Emmasbox

Et il n’y a pas qu’en France que le click and collect se démocratise. En Allemagne, de nombreux acteurs souhaitent s’implanter sur ce marché en expansion. Alors qu’Amazon Fresh est déjà déployé dans trois villes allemandes, la start-up Emmasbox, qui planche sur le sujet depuis 2013, offre des points de retraits réfrigérés conçus pour des denrées alimentaires. L’argument marketing ultime ? Ils peuvent être déployés n’importe où, et même en bas d’un immeuble. Un concept qui, de manière assez cocasse, rappelle le concept click and collect d’Amazon Locker.

Nov 08 2018

WALMART : l’ère de la phygitalisation

Walmart continue sa route à la digitalisation de ses points de vente grâce à son application mobile dotée de réalité augmentée pour comparer les prix !

Ce n’est pas la première fois que nous engageons le sujet de Walmart, la multinationale américaine spécialisée dans la grande distribution. L’enseigne continue son chemin à travers l’évolution de ses points de vente, comme avec Alphabot. Cette fois-ci, l’amélioration se trouve dans la poche de son client, directement sur son smartphone, et va permettre de traquer la moindre petite économie que pourrait effectuer l’acheteur.

 

Déjà connue pour son application disponible sur IOS et Android, donnant la possibilité d’acheter des produits en click & collect ou encore de préparer sa liste de course avant de se rendre en boutique, WALMART a décidé – après la formation de ses employés à la réalité augmenté – d’offrir une nouvelle façon de consommer à ses clients.

 un employe de walmart test la realite augmente

Plus qu’une simple application, c’est une véritable utilisation physique en boutique que souhaite en faire Walmart, puisque ce nouveau module utilise la réalité augmenté par le biais de la caméra du smartphone client. Grâce à un simple passage devant un code bar, l’utilisateur pourra découvrir le produit, son nom ainsi que son prix, mais aussi tous les produits similaires disponible en magasin. Mélange de réalité et de digitale, les clients semblent épanouis de ce nouveau système et ajoute un gage de confiance à la compagnie qui ne cesse de se surpasser dans le domaine du phygital. Pour ne pas se perdre parmi les centaines d’étiquettes présentes en boutique, un léger point bleu, en réalité augmenté donc, vous indique les articles déjà scannés, et une guirlande de Noel finit par illuminer les rayons du supermarché au travers de votre écran de smartphone.

 point bleue walmart

Simplifier les actions du client semble être la pierre angulaire des axes d’amélioration engagés par WALMART. Cette nouvel application est un petit pas vers des fonctionnalités bien plus complexes et innovantes, et un parcours client rénové pour la marque.

Nov 07 2018

Le ship from store collaboratif, la solution de Zalando pour livrer rapidement

Le e-commerçant en prêt-à-porter Zalando a passé une étape supplémentaire dans son ascension du marché physique. Alors qu’elle ouvrait il y a peu ses premières boutiques bricks and mortar, l’enseigne a décidé de passer à la vitesse supérieure en créant une plateforme dédiée aux boutiques physiques pour assurer ses livraisons dans de meilleurs délais.

© Zalando

© Zalando

Zalando a décidé de créer une plateforme consacrée aux bricks and mortar afin d’assurer de meilleurs délais de livraison, et c’est près de 600 magasins allemands qui participent au lancement de ce concept en cette fin d’année 2018.

Le principe est simple : des succursales s’inscrivent sur la plateforme de commerce connecté de l’enseigne afin d’unifier leur stock avec ceux du pure player. Un opportunité pour ces vendeurs physiques de bénéficier du trafic généré sur le site du e-commerçant, et augmenter ainsi leurs ventes. Jusque là rien de révolutionnaire, c’est le principe de nombreuses marketplaces.

Le point sur lequel Zalando a fait preuve d’innovation et d’ingéniosité est le suivant : si une vente est effectuée sur le site et qu’elle corrèle avec le stock du magasin, le brick and mortar peut décider d’exécuter la commande. Une source de revenu supplémentaire non négligeable pour les plus petits commerces, qui voient en cela la possibilité de développer un canal de vente additionnel, notamment pour atteindre les acheteurs les plus jeunes qui effectuent de plus en plus leurs achats sur les plateformes de e-commerce.

© Zalando

© Zalando

Un programme de partenariat gagnant pour les enseignes physiques, mais également pour Zalando. En passant par les magasins physiques, plus proches géographiquement des clients que leurs entrepôts, Zalando assure à sa clientèle des délais de livraison plus courts.

Le pure player envisage d’ores et déjà de déployer le concept à l’international, en commençant par les Pays-Bas. A terme, Zalando compte profiter de ce réseau pour effectuer des livraisons le jour même et le lendemain.

 

Nov 05 2018

La cerise sur le chapeau, plus qu’un magasin, une expérience

Dans le XVIIème arrondissement de Paris, une e-commerçante a fait le pari du physique de manière surprenante en créant un atelier de fabrication de ses propres produits.

Depuis 13 ans, La cerise sur le chapeau vend des couvre-chefs personnalisables sur la toile. Très rapidement, prise de l’engouement de posséder une devanture physique, la marque décide d’ouvrir une première boutique, 11 rue Cassette à Paris, mais qui ne possède pas la personnalisation qu’offre l’e-shop. Un magasin banal, donc, qui s’articule d’une surface de vente, portée par du stock, ce qui ne ressemble pas du tout à la e-culture de La cerise sur le chapeau.

Pour donner une identité bien plus forte à ses boutiques, le chapelier décide d’ouvrir un second magasin, toujours dans le XVIIème arrondissement de Paris, rue Léon Cornard. De prime abord, celui-ci propose tout ce qui semble de plus banal en terme d’architecture de magasin, mais la cerise sur le commerce se trouve cette fois-ci en dessous de lui.

En effet, dans le sous-sol se trouve un atelier tout à fait unique !

fabrication chapeau

Dans celui-ci, les clients peuvent participer à toutes les étapes de création d’un chapeau, de son moulage à son coloris ; chaque détail est mis à nu et confectionné sous leurs yeux pendant une bonne heure. Pourtant payante, l’activité ne cesse de désemplir depuis sont ouverture, et apporte même une seconde source de revenu à l’entreprise. Des expériences comme celle-ci commencent à se populariser à travers la France, les magasins ne sont plus de simples outils de vente, mais de véritables expériences de vie.

 

Avec un public majoritairement constitué de revendeurs japonais, La cerise sur le chapeau souhaiterait expérimenter prochainement un magasin à l’international. En attendant, la marque cherche déjà un moyen d’exporter à travers le monde ses produits personnalisables, par le bilais de leur site internet.

Nov 02 2018

Le showrooming, nouvel étendard du marché de l’ameublement

Le e-commerce gagne du terrain dans le domaine de l’ameublement et, pour s’assurer la constance de cette croissance, les pure players du domaine décident de se tourner vers le showrooming.

On vous en parlait dernièrement : le marché du mobilier de maison s’arrache les parts de marché. Alors que les ventes en ligne constituent actuellement 12% de ce marché, les centres villes voient fleurir des espaces de showrooming dédiés dans les plus grandes villes du monde.

Tandis qu’IKEA, géant du secteur, a décidé d’investir le coeur des centres villes pour se rapprocher de ses consommateurs, les pure players ont également décidé qu’il était temps pour eux de se rapprocher des acheteurs. Le concept de vente en ligne est respecté grâce au showrooming : aucun achat sur place, les livraisons se font toujours à domicile. La différence majeure est ici de pouvoir donner au consommateur l’opportunité de venir tester le produit avant achat.

1 – Made.com

Le pure player britannique Made.com a ouvert dans toute l’Europe des espaces de showrooming afin de laisser au public l’opportunité de venir tester les produits directement en magasin. L’enseigne a choisi Paris pour ouvrir le plus grand d’entre eux : 840m² de décoration mettant en valeur le mobilier dans un décor relaxant et pour le moins espacé, avec des étiquettes NFC et QR code disposés sur chaque produit exposé.

Une dizaine de tablettes sont disponibles à l’entrée de la boutique pour permettre à la clientèle de scanners le mobilier qui l’intéresse, mais c’est surtout les smartphones des clients qui y sont sollicités. Par ailleurs, un espace a été aménagé d’ordinateurs pour permettre aux visiteurs de naviguer sur le site de l’enseigne et avoir accès au catalogue complet du site.

made.com

2 – La Redoute Intérieur

Doyen de cette courte liste, La Redoute n’est pas un novice dans le domaine de la vente physique. Déjà présent avec Les Aubaines depuis plusieurs décennies (ses magasins outlets, dont un est consacré à l’ameublement), il n’a fallu qu’un pas pour que ce commerçant décide de passer au showrooming.

Ce caméléon du commerce depuis près de deux siècles a appris de sa longue expérience pour avoir quelques coups d’avance. Aujourd’hui, on décompte 5 boutiques phygitales La Redoute Intérieurs en France, où la clientèle peut venir observer le mobilier et se faire conseiller par l’équipe de vente ; cette dernière se charge de conclure la vente grâce à des devices phygitaux installés dans le magasin.

la-redoute

3 – Cdiscount

Alors que le e-distributeur a investi plusieurs corners dans les hypermarchés Géant depuis maintenant un an, Cdiscount poursuit sur sa lancée et profite de l’ouverture du 4 Casino, supérette haut de gamme située à Paris, pour y ouvrir un espace de showrooming. Situé juste au dessus du commerce de proximité, le site expose quelques 150 produits d’ameublement. Un vrai laboratoire d’innovation pour le groupe qui a décidé de tester plusieurs innovations technologiques telles que des miroirs connectés, des bornes de digital signage, ou encore l’achat sur les mobiles clients grâce aux QR Codes présents sur les étiquettes.

cdiscount-4-casino

Oct 31 2018

JO-ANN, pratiquer la passion directement en magasin !

JO-ANN nous propose un tout nouveau parcours client, alors direction l’Amérique pour un tour d’horizon de ce nouvel espace. Avec plus de 800 boutiques et près de 23 000 employés, la grande entreprise de vente d’artisanat et de tissus décide de rénover l’une de ses boutiques pour tester un nouveau parcours de vente afin de palier à l’évolution constante du e-commerce.

Redécouvrir les plaisirs de vos activités favorites directement à la source de vos achats de matière première, c’est le pari que c’est lancé JO-ANN dans le réaménagement de son magasin dans l’Ohio. Un principe simple qui fait déjà ses preuves, notamment chez Apple avec ses cours gratuits à l’achat d’un device à la pomme.

creator studio jo ann

Ici, différents points de rencontre entre clients sont mis à disposition dans le grand magasin, pour pratiquer leurs activités favorites, tout en testant les produits disponibles en magasin ainsi que des cours personnalisés tels que la création d’objets artisanaux. Un café bar est aussi disponible avec des machines de coutures et des écrans délivrant des tutoriels divers et variés sur leurs utilisations.

bar a decode jo ann

JO-ANN propose aussi un bar à découpe complétement phygital ! Le client enregistre sa demande, entre ses informations sur l’une des tablettes mises à disposition dans le magasin, puis retourne faire ses emplettes pendant que des professionnels, présents au bar et visibles par la clientèle, s’attèlent à remplir les commandes passées sur les devices.

 

N’oublions pas la formation des vendeurs qui deviennent de véritables assistants pour les acheteurs friands de conseils au travers de son parcours. Il ne manquerait plus que des outils comme les smartphones vendeurs, et des fonctionnalités comme le click and collect ou la vente hors stock, pour rendre ce magasin parfaitement représentatif du commerce phygital de demain !

Older posts «