Beautyque : la cosmétique réinventée

En Mars, Sylvie Giret & Sonia Khemiri fondent Beautyque, un concept alliant cosmétique et éthique. Une ouverture était d’ailleurs prévue mais le Covid19 est passé par là et en a décidé autrement.

Beautyque : la cosmétique réinventée
Beautyque : la cosmétique réinventée

ACTION, RÉACTION

Bien que le Covid19 ait remis en question l’ouverture de leur boutique à New-York dans le quartier de Soho, Sylvie Giret et Sonia Khemiri ont vite rebondi. « Dans ce genre de situation, on ne peut pas se permettre d’attendre que la situation se rétablisse d’elle-même. On devrait faire quelque chose, pour répondre aux besoins du secteur mais aussi pour les gens qui se sont engagés avec nous. »

Dès lors, Beautyque devient un projet 100% digital. « Pour nous la Covid19 a été un moment difficile, comme pour tout le monde, mais d’un point de vue professionnel, ça a été un déclencheur d’adaptation et de réinvention » déclare Sylvie Giret. De ce fait, pour faire découvrir les produits « comme dans un vrai magasin« , l’expérience 3D a été plébiscitée.

FAIRE SON SHOPPING COMME EN MAGASIN

Beautyque : la cosmétique réinventée
Beautyque : la cosmétique réinventée

Début Mai, le site est lancé et reçoit un bon accueil de la part des internautes. En quelques clics, l’internaute se retrouve dans les rayons et peut découvrir les différentes marques.

Ainsi, avec l’expérience 3D, les clients peuvent avoir accès aux fiches produits de l’article, à l’histoire de la marque et obtenir des conseils en direct d’un conseiller Beautyque.

Même si le projet est devenu digital, l’ADN de ce dernier reste le même : proposer une offre composée de produits de soin de la peau et de beauté de qualité et éthique.

16 marques ont ainsi été sélectionnées en fonction de leur composition et non de leur notoriété. « On ne suit pas les tendances, on essaie de regarder quels sont les produits qui apportent quelque chose de nouveau aux clients » indique Sylvie Giret.

Beautyque : la cosmétique réinventée
Beautyque : la cosmétique réinventée

L’objectif premier de la marque étant de donner, aux consommateurs, le goût de s’intéresser à la composition des produits et à l’histoire de la marque qui a sa propre définition de la beauté.

UNE BEAUTÉ « INCLUSIVE »

Les deux fondatrices défendent une beauté « inclusive ». Une beauté définie par soi-même.

Pour partager cela, elles créent des événements qui changent les codes comme des ateliers sur la nutrition, sur la respiration ou encore le yoga. « On leur donne accès à un volant assez riche et large de tout ce qui touche à la beauté. C’est une affaire personnelle qui n’a rien à voir avec la tendance » expliquent Sylvie Giret et Sonia Khemiri.

UNE PLATEFORME QUI SE RÉINVENTE

Chaque mois, Beautyque se réinvente.
« En Juin, on souhaite que les clients puissent parler par vidéo à un conseiller afin de poser toutes les questions comme en magasin« .

De plus, la marque souhaiterait envoyer des échantillons aux clientes directement chez elles. Un moyen qui « va permettre de collecter des informations, comme l’adresse, auxquelles nous n’aurions pas eu accès dans un magasin ordinaire. Cela va alimenter la chaîne marketing, ce qui est intéressant pour les marques. »

Pour aller plus loin, Beautyque va lancer à compter du 15 Juin des événements virtuels auxquels les clients pourront participer sur la nutrition et la beauté.

BEAUTYQUE, DIGITALEMENT VÔTRE

Cependant, la crise sanitaire aura permis de constituer une communauté de plus de 7 000 personnes. Sylvie Giret déclare « il y a un fort engagement communautaire qui a été motivé par le covid19. La solidarité va nous permettre de passer cette crise.« 

Bien que le projet d’ouvrir une boutique physique dès que l’économie le permettra mais également la situation sanitaire, les deux fondatrices continuent de développer la partie digitale de leur marque éthique : Beautyque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.