Centres-villes : toujours en difficulté

En 2019, le chiffre d’affaires des points de vente en centre-ville a continué de chuter. À l’inverse, celui des magasins situés en périphéries semblent mieux se porter.
Cependant, certains experts s’accordent à dire qu’un rebondissement de la consommation est attendue pour 2020.

Centres-ville : toujours en difficultés
Centres-villes : toujours en difficultés

LE VERDICT EST TOMBE

En effet, comme chaque année, PROCOS, la fédération du commerce spécialisé a rendu son bilan après avoir réalisé une étude auprès de ses membres.
Et le bilan pour 2019 est une fois de plus négatif.

Ainsi, la fédération note une chute de 0,9% pour les retailers basés en centre-ville contre une hausse de 0,7% pour les enseignes en périphérie.

PROCOS indique également que le commerce spécialisé stagne à +0,1% mais ce la ne pas à rattraper la forte baisse subie en 2018. Une baisse de l’ordre de 3,3%.

Centres-villes : toujours en difficultés
Centre-villes : toujours en difficultés

IL FAUT NUANCER

Nous sommes ravis d’écrire que les magasins des centres-villes ont mieux réussi que les centres commerciaux en centre-ville en 2019.

Effectivement, PROCOS affirme que les points de vente de « quartier » s’en sortent avec +0,5% alors que les centres commerciaux de centre-ville affichent une baisse de 3,3% de leur activité.

La raison ? Les mouvements sociaux qui ont frappé la France et qui ont ainsi poussé les consommateurs à se diriger vers la vente en ligne ou les magasins en périphérie.

De plus, le mouvement social contre la réforme des retraites a mis à mal le commerce physique lors sa période clé : Noël.

Toutefois, il est agréable de noter que tous les secteurs d’activités n’ont pas subi ces rassemblements.

En effet, le sport, l’alimentation spécialisée, l’optique et la beauté/santé ont tout de même connu une année 2019 positive.

Centres-villes : toujours en difficultés
Centres-villes : toujours en difficultés

Le grand gagnant étant le secteur de la chaussure à qui on enregistre une hausse de 1,2%. Une première depuis 2013.

ET 2020 DANS TOUT CA ?

Malheureusement, il semblerait que l’année 2020 commence sur le même rythme que 2019 s’est terminée : mal.

Centres-villes : toujours en difficultés
Centres-villes : toujours en difficultés

En effet, les soldes tant attendues de la part des retailers n’ont pas rencontré le succès escompté.

PROCOS indique d’ailleurs : « au dimanche 26 janvier 2020, le point sur les soldes était le suivant : une baisse de fréquentation des magasins de -10%, une baisse de chiffre d’affaires de -4,9% pour les magasins à surface égale en comparaison de cette première partie de soldes en Janvier 2019. Notons que 25% des enseignes du panel subissent une baisse supérieure à -10%. L’activité du web quant à elle, augmente de 4% en moyenne mais 40% des enseignes ont subi une baisse de leur activité de vente sur internet sur la période.« 

Toutefois, PROCOS, la fédération française du commerce spécialisée semble optimiste quant à la consommation des ménages en 2020.
Le nouveau baromètre de l’imposition sur le revenu couplé à la disparition progressive de la taxe d’habitation devrait profiter aux ménages et leur permettre de gagner 1,9% de pouvoir d’achat.

Une bonne nouvelle semble-t-il à condition que les français choisissent d’aller dépenser leur argent dans les points de vente physiques de nos centres-ville et non chez les géants du web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.