«

»

Nov 12 2018

Le Click & Collect à la conquête des produits frais

De plus en plus de start-ups et d’enseignes spécialisées se penchent sur la question du commerce phygital sur le marché des produits frais.

Cela fait de nombreuses années que les grandes et moyennes surfaces de distribution (GMS) effectuent le click and collect, notamment grâce aux drives que l’on voit fleurir intensivement depuis une dizaine d’années. Néanmoins, ce concept se popularise de plus en plus et s’étend à de nombreux secteurs d’activité.

© CC / LSA

© CC / LSA

Si on reste sur le marché de l’alimentaire, on constate que le monopole des GMS sur le click and collect tend à se généraliser sur les plus petites chaînes de distribution, et c’est notamment le cas de Bon C’ Bio. L’enseigne spécialisée dans la vente de produits bio a décidé de passer au commerce phygital afin d’être plus en phase avec les attentes de sa clientèle, d’une part, et ses valeurs, d’autre part. Cela s’est traduit par la dématérialisation des tickets de caisse, l’encaissement en mobilité et le click and collect.

Cette dernière fonctionnalité a nécessité un équipement et un réaménagement de l’espace de stockage. Les vendeurs sont équipés de scanneurs portatifs leur permettant de réunir les commandes, puis sont conservées dans la chambre froide en attendant leurs propriétaires.

En phase de test depuis cet été dans un de ses magasins à Paris, Bio C’ Bon semble sur la bonne voie pour déployer le concept sur son réseau. Initialement prévu sur deux heures, le retrait en magasin a été réduit à une heure. Ceci est rendu possible grâce à l’organisation de l’équipe de vente qui est parvenu à réduire le temps de préparation. Parallèlement, l’enseigne a conscience que le client cherche à ce que l’on réponde à son besoin rapidement, sans quoi le commerçant prend le risque de voir son client se désister si l’attente est trop prolongée.

© Emmasbox

© Emmasbox

Et il n’y a pas qu’en France que le click and collect se démocratise. En Allemagne, de nombreux acteurs souhaitent s’implanter sur ce marché en expansion. Alors qu’Amazon Fresh est déjà déployé dans trois villes allemandes, la start-up Emmasbox, qui planche sur le sujet depuis 2013, offre des points de retraits réfrigérés conçus pour des denrées alimentaires. L’argument marketing ultime ? Ils peuvent être déployés n’importe où, et même en bas d’un immeuble. Un concept qui, de manière assez cocasse, rappelle le concept click and collect d’Amazon Locker.

Articles similaires:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>