«

»

Nov 26 2014

Les 6 facteurs clés de succès d’un projet de magasins connectés (partie 2/2)

facteurs clés succès magasins connectés

Voici la seconde et dernière partie de notre billet consacré aux facteurs clés de succés d’un projet de magasins connectés.

Pour rappel les 3 premiers FCS étaient :

1. Mettre en place une organisation interne qui soit véritablement cross-canal ou omni-canal.

2. Bien définir les objectifs de son projet de magasins connectés

3. Intégrer intelligemment l’expérience connectée dans le parcours d’achat en point de vente

 

4. Impliquer la force de vente présente en magasin

Si il y a bien un point essentiel qui peut déterminer du succès ou de l’échec d’un projet de magasins connectés, c’est certainement celui-ci. En effet, dans la très grande majorité des cas, si le dispositif connecté n’est pas jugé efficace et pertinent par les forces de ventes en magasin, alors il y a peu de chance que ce soit le cas par les clients.

De plus, s’agissant d’outils venant modifier considérablement la façon dont une vente se réalise, voire se finalise, les vendeurs ont tout intérêt à être impliqués et même formés de façon à en tirer la plus grande efficacité. Enfin, et c’est le certainement l’aspect le plus critique, lorsqu’il s’agit d’installer des écrans de cross-commerce permettant d’aller jusqu’à l’encaissement, l’enseigne devra absolument penser à revoir les modalités de rémunération des vendeurs, et ce, notamment si celle-ci se base sur des objectifs de vente par magasin (ce qui ramène au point n°1 vu lors du précédent billet).

Rappelez-vous lorsque But a voulu introduire le paiement sur tablette dans leurs magasins (lire). Malgré le fait que l’enseigne était à ce moment en pleine mutation vers une organisation “cross-canal”, celle-ci avait manifestement sous-estimés la réaction des vendeurs…

Tablettes Tactiles Syndicats But

 source : http://pro.01net.com/editorial/589513/les-syndicats-de-but-refusent-le-paiement-sur-tablette-en-magasin/

5. Soigner la réalisation technique

Depuis la sortie de l’iPad, les consommateurs montrent un véritable engouement pour les écrans et les interfaces tactiles. Le succès de la tablette d’Apple a d’ailleurs permis à la fois d’éduquer les utilisateurs à utiliser des interfaces dites MultiTouch (permettant notamment de zoomer ou tourner une photo à l’aide de deux doigts), ainsi que d’augmenter les exigences en terme de réactivité et de fluidité des écrans tactiles. En d’autres termes, il ne s’agit plus de proposer aux clients en magasin une expérience tactile de type “bouton poussoir” (borne SNCF ou guichet automatiques de banque ) mais bien une expérience tactile de type “glisse”.

De même, il est absolument nécessaire d’opter pour des écrans et des interfaces tactiles qui soient adaptées à une utilisation en lieu de vente, c’est-à-dire qui soient suffisamment visibles et confortables par leur taille, mais aussi par leur mode de navigation. Bien que de nombreuses enseignes n’aient pas hésité à le faire, proposer simplement un accès à son site web “normal” sur un écran tactile n’est pas franchement approprié au contexte de vente en magasin. Et cela, aussi bien en terme d’expérience que d’efficacité pratique.

6. S’assurer de la fiabilité et de la viabilité à long terme des écrans connectés

Pas besoin d’avoir fait des études poussées en économie pour savoir que le retour sur investissement d’un écran interactif qui est en panne, ou tout simplement éteint, est nul (voire même négatif, car donne une très mauvaise image du dispositif ainsi que de l’enseigne).

Il est donc nécessaire de privilégier des solutions techniques basées sur un matériel et un logiciel à la fois fiable et capable de supporter les contraintes et les sollicitations auxquels sont exposés les écrans tactiles installés dans des lieux publics. Un investissement qui s’avérera évidemment plus coûteux au départ, mais qui au final reviendra beaucoup moins cher pour l’enseigne.

D’autre part, il s’agira également d’être capable de surveiller et d’intervenir sur les écrans à distance, et ce, notamment lorsqu’il s’agit de projet de déploiement d’écrans dans plusieurs points de vente. Un aspect qui doit être pris en compte dès le début du projet et de sa première phase pilote pour ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite.

Bref, pour augmenter les chances de succès de votre projet de magasins connectés, il est vivement conseillé de bien respecter ces 6 points.  Aussi, nous rajouterons un 7ème facteurs clé de succès : faire appel à des experts (tels qu’Improveeze bien sûr ;-) ).

Articles similaires:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>