Les hypermarchés adoptent la seconde main

Selon l’IFM*, le marché de la seconde main dans le retail s’élève à 1 milliard d’€ en 2019. D’abord plébiscité par les DNVB et les enseignes spécialisées comme Camaïeu ou Bocage, c’est au tour de la grande distribution d’adopter la seconde main.

IFM * Institut Français de La Mode

Les hypermarchés adoptent la seconde main
Les hypermarchés adoptent la seconde main

AUCHAN ET LA SECONDE MAIN

Il y a quelques jours, Auchan annonçait qu’il allait intégrer des corners dédiés à la seconde main dans 5 hypermarchés. Un moyen efficace semble-t-il pour relancer les rayons textile.

Pour ce faire, le groupe Auchan s’est rapproché de Patatam pour élaborer le projet.

UNE SIGNALETIQUE MAXIMALE

Dans 5 magasins situés à Roncq, Melun, Hirson, Bordeaux et Marseille, les clients ne peuvent plus passer à côté de la signalétique mise en place. En effet, grâce à de grands panneaux verts, les habitués de ces Auchan peuvent désormais acheter des produits H&M et Promod et passer librement à la caisse.

Des espaces pour la seconde main situés à côté de l’univers textile du groupe afin de maximiser les chances d’achat.

Les hypermarchés adoptent la seconde main
Les hypermarché adoptent la seconde main

UN PARTENARIAT FRANCAIS

Afin de permettre la promotion de la seconde main, Auchan a sélectionné la plateforme originaire du pays basque : PATATAM.

L’entreprise est spécialiste dans la collecte de vêtements auprès des particuliers qu’elle récupère grâce à ses sacs de collecte : PATABAG.

D’ailleurs, la marque laisse à disposition des clients dans les magasins Auchan des PATABAG pour encourager la seconde main.
De plus, Auchan s’engage à donner un bon d’achat de 5€ aux clients qui rendront un sac rempli de vêtements. Un bon d’achat à dépenser dans la zone textile des Auchan, malin !

Une première collaboration pour PATATAM né en 2013 sur le web. “Tout le monde veut s’y mettre mais il faut avoir les outils. Nous fonctionnons comme un fournisseur classique d’Auchan, qui nous achète des stocks” indique son PDG, Eric Gagnaire.

DES PRIX STABLES

Les hypermarchés adoptent la seconde main
Les hypermarchés adoptent la seconde main

Au sein des 5 Auchan, le prix indiqué est unique selon le type d’articles. Ainsi, un top sera affiché à 3€ et une robe à 8€. Un prix clair et un affichage identifié pour permettre aux clients de s’y retrouver plus facilement.

Quant à Auchan, cette collaboration permet au groupe de diversifier sa gamme de produits et donc sa clientèle.

UN BEL AVENIR POUR PATATAM

Pour l’entreprise du Sud-Ouest, c’est un bel avenir qui se profile. En effet, dans son entrepôt de 3000 m² à Bayonne, une trentaine de salariés s’activent pour réceptionner, trier et prendre en photo les articles. Des articles ensuite expédiés sur le site de la marque ou dans les hypermarchés Auchan.

Trois à quatre personnes interviennent sur chaque produit pour s’assurer de leur qualité et les revaloriser.
Pour continuer dans la mode circulaire, PATATAM redonne les produits invendables sur le marché français à l’export ou encore à des associations.

En outre, PATATAM souhaite véritablement s’engager pour une mode responsable et la protection de l’environnement.
Nous avons peur de déchet car nous traitons les vêtements à l’article et non au poids, et en donnant des instructions précises aux particuliers. On constate néanmoins que les gens sont parfois mal éduqués sur le sujet, du fait notamment du Relais, qui reprend absolument tout en volume avec une qualité médiocre pour la revente. Nous souhaitons que les vêtements restent en France.”

Les hypermarchés adoptent la seconde main
Les hypermarchés adoptent la seconde main

Si les tests sont concluants, Auchan pourrait étendre ses espaces de seconde main à tout son réseau.
Quant aux autres acteurs du retail, ils ne sont pas en reste puisque Kiabi va lancer ces corners dédiés à la seconde main avec Disruptual.

Après les corners et shop in shop, les espaces dédiés à la seconde main sont-ils la solution pour redonner vie aux hypermarchés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*