Retour sur le phénomène NORMAL

Créé en 2013, Normal compte pas moins de 210 magasins en Europe. Ce DNVB Brick and Mortar a tout compris aux règles du jeu de l’enchantement client. Direction le passage du Havre de la gare Saint Lazare à Paris pour en savoir plus.

NORMAL

Chez Normal, les prix sont anormaux pour des produits normaux. L’offre se veut ludique, attirante et différenciante tant par le merchandising que par la diversité de l’offre.

En plus de sa diversité de produits, Normal s’est inspiré des plus grands de la distribution, à l’instar d’IKEA et de son parcours client imposé.
Le client réalise alors un parcours “labyrinthe”, il rentre d’un côté et ressort de l’autre. De plus, Normal est malin puisque les rayons sont sur des caissons sur roulettes ce qui donnent l’impression d’une boutique qui change à chaque passage du client. Un changement qui provoque l’envie de se rendre fréquemment en boutique pour ne rien changer des changements.

NORMAL

Des rayons qui bougent et un aménagement étonnant. L’éclairage se veut amusant et ludique et en cohérence avec une thématique “BD” avec systématiquement une pointe d’ironie et d’autodérision. La caisse se veut tout aussi amusante. En effet, à l’image du concept Disney, des panneaux indiquent le temps d’attente afin de “destresser” les clients lors de leur passage en caisse.

NORMAL

Des marques, des marques et encore des marques. Le principe n’est pas de mettre en avant les marques distributeurs mais bien des “grandes” marques. Des marques oui mais toujours à des prix raisonnables voire dérisoires qui poussent le consommateur à acheter, le plus souvent de façon impulsive.

NORMAL

Situé au sous-sol de la gare Saint-Lazare, Normal profite du flux des usagers du métro, de quoi profiler au magasin de très beaux jours devant lui. Normal casse les codes et s’installent de façon différenciante face à ses concurrents comme Action ou Hema. En plus de son offre, Normal mise sur son concept en magasin, son parcours client et évidemment les produits de grandes marques proposées.
Je ne sais pas vous, mais nous on a hâte d’y aller.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*