Shop in shop : l’avenir du retail ?

De plus en plus de grandes marques décident de s’inviter les unes les autres dans leurs points de vente. Un moyen pour certain de réduire les coûts , pour d’autres de développer une nouvelle expérience client. Mais surtout ne serait-ce pas pour contrer la montée en puissance du e-commerce ?

KING JOUET x ORCHESTRA x CLAIRE’S

Pour se rapprocher du quotidien de ses clients et répondre à leurs attentes, KING JOUET mise sur les shop-in-shop avec des marques dédiées à l’univers famille-enfant. Pour ce faire, le groupe accueille des corners ORCHESTRA depuis 2013. Une offre déployée dans 7 magasins. Fort de cette réussite, KING JOUET a réitéré l’expérience avec CLAIRE’S pour se positionner sur les accessoires des enfants. Présents dans 61 magasins, les corners mesurent entre 7 et 11 m².
Mais KING JOUET mise également sur le retour de PRENATAL dans ses magasins pour compléter son offre et présenter à sa clientèle un univers totalement réservé à l’enfant.

GEANT CASINO x CDISCOUNT

40 corners CDiscount ont été ouverts dans les enseignes GEANT CASINO. Un moyen pour les hyper de doubler leurs chiffres d’affaires. Ces corners de 400 à 700m² sont entièrement équipés de produits CDiscount. Des produits tous disposés à l’achat. Les clients peuvent régler directement dans les corners ou se rendre en caisses de l’hypermarché. De plus, des écrans tactiles ont été installés pour permettre aux clients de commander un produit dans une autre couleur par exemple. La livraison peut alors se faire au drive du magasin ou à domicile.

Satisfait de ces corner CDISCOUNT, GEANT CASINO poursuit la création d’espaces avec MATY pour se placer sur le segment des bijoux de qualité ou encore COLUMBUS CAFE & CO pour l’offre de snacking. A date, COLUMBUS CAFE & CO n’est présent uniquement dans le magasin de Saint-Etienne.

Pour finir, le groupe teste un corner avec EASY CASH et prend part à la tendance de la seconde main. En effet, les clients peuvent revendre leurs appareils électroniques et bénéficier d’un bon d’achat valable dans le magasin.

FNAC x DART

La FNAC accueille de nombreux shop-in-shop éphémères pour promouvoir des produits ou services bien spécifiques comme l’utilisation de robots domestiques.
En plus des corners éphémères, FNAC développe des espaces de 10 à 50 m² avec des marques partenaires comme GOOGLE et son Assistant Google.
Après leur rapprochement, 35 shops DARTY sont présents dans les magasins FNAC. Des corners proposant l’offre de petit électroménager tenus par les vendeurs FNAC. Ces derniers ont reçu une formation par les équipes de vente DARTY afin de leur transmettre le discours et leur donner des conseils.

A l’inverse FNAC n’est présent que dans 2 magasins DARTY sous forme d’espaces photos.
Sans oublier NATURE&DECOUVERTES, qui en plus de faire parti du groupe, a fait l’objet d’une premier corner basé à La Rochelle.

CARREFOUR x AUBERT

Un corner de 300 m² reprenant l’offre puériculture d’AUBERT a vu le jour récemment dans le CARREFOUR basé à Claye-Souilly en région parisienne.

Un espace où la marque a mis en place son système de caisses et ses propres salariés. L’offre est installé dans l’univers non-alimentaire du magasin et vient compléter par des produits spécifiques l’offre puériculture déjà proposée par l’enseigne CARREFOUR.

Que ce soit pour diversifier son offre en magasin, la compléter par des produits plus techniques ou encore créer un univers totalement dédié à une typologie de client, les shop-in-shop semblent être la réponse aux des retailers.
Une stratégie de mutualisation des marques pour inciter le client à ne plus aller à la concurrence et également nécessaire à l’augmentation du trafic en magasin.
Mais sous ces beaux objectifs, n’oublions pas que ces shop-in-shop ont surtout pour but d’améliorer les résultats des enseignes et de créer un pare-feu à l’e-commerce.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*